Europe

Mon cœur est un ancien passage
De suie les joues couvertes,
Où de grands cils chassent la glace.
Ballast, asphalte, basalte, balafres.

Depuis longtemps ça cautérise,
Mais la route ne saigne plus
Les pas d’errants l’ont tamisée
Voile d’ocre sur terre froide.

Mon cœur est un colis piégé
Les montagnes font une couronne
Aux genoux qui pleurent, qui enragent
Traversent et se dérobent,

Nageurs téléguidés
Vers le dedans d’un monde
Qui les refoule
Et avec eux se désagrège.

Mon cœur est un océan calme
Voile blanc sur l’œil de la marée
Espace clair et clément,
Rives sensibles à parcourir,
Où se cueillent les appâts perdus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *